Skip to Content

Les tutos de la FFO

Retrouvez Etienne et ses conseils dans les tutos vidéos de la FFO !

Lire la suite

Les Français et l’orthodontie : 20 ans de progrès

À l’occasion des 20èmes Journées de l’Orthodontie qui auront lieu du 10 au 13 novembre 2017, la Fédération Française d’Orthodontie s’est interrogée sur le vécu des Français ayant suivi un traitement orthodontique [...]

Lire la suite

Infographie

En 2017, le grand public est familiarisé avec les résultats probants que peuvent avoir les traitements d’orthodontie sur l’alignement dentaire et sur l’esthétique du sourire [...]

Lire la suite

Les 11 sociétes membres de la FFO

Lire la suite

Alerte sur le piercing

03/06/2009 - Société

Par les Docteurs Marc STEVE et Jean-Baptiste KERBRAT

Piercings sauvages : quand métal et sourire font mauvais ménage.

Très répandu ces dernières années, le percing buccal n’est pas sans conséquence sur la personne. Témoins des complications immédiates et parfois même à long terme, les orthodontistes mettent en garde sur les risques de cette pratique notamment les piercings dits « sauvages » plus fréquents en période estivale.

Si l’on se réfère à la prévalence du piercing buccal qui est estimée entre 10 et 20% chez les 15-25 ans (USA et Europe), on constate que l’adhésion à cette pratique est de plus en plus forte chez les jeunes gens. Leurs motivations semblent être d’ordre esthétique, en raison d’une marginalisation ou encore d’une volonté d’appartenir à un groupe bien identifié (au même titre que les tatouages). Le problème pour la communauté médicale (dermatologues, chirurgiens-dentistes, stomatologues et chirurgiens maxillo-faciaux) est la survenue fréquente de complications propres à la localisation endobuccale.

Les complications immédiates

Les complications les plus fréquentes sont immédiates et suivent la pose du piercing. Des douleurs, des inflammations, des saignements peuvent plusieurs jours. D’autres complications sont rapportées plus rarement : inhalation du piercing, névralgies linguales, allergies de contact, incrustation linguale, fissure linguale et langue bifide. Mais le problème majeur des piercings buccaux est infectieux car leur mise en place crée une porte d’entrée pour les nombreux germes buccaux. Ainsi ont été décrits des cas d’endocardites à streptocoque (responsables de chirurgie valvulaire en urgence), des cas d’abcès cérébraux et de cellulites faciales. Des populations à risque sont clairement identifiées : les porteurs de souffles cardiaques, les immunodéprimés(HIV avec CD4 inférieurs à 200) ou les diabétiques non équilibrés.

Les complications chroniques et à long terme

Les complications chroniques sont également très fréquentes telles que des fractures et usures dentaires, liées aux traumatismes répétés des piercings. Des récessions gingivales suivies de mobilités dentaires peuvent apparaître au niveau des incisives mandibulaires, elles correspondent aux points d’appui prolongés des bijoux. Enfin des dyspraxies linguales et des tics peuvent se manifester engendrant des déplacements dento-alvéolaires et des troubles de la phonation et de la déglutition.

Une information médicale indispensable

Avant la mise en place des piercings intra oraux ou buccaux, une information médicale doit être transmise : information sur les risques, respect des contre-indications… voire prescription d’une antibioprohylaxie, anesthésie locale et prise en charge des complications immédiates fréquentes. De même l’implantation de piercings agréés doivent impérativement respecter des normes précises ou strictes : taille et forme (barre la plus petite possible), matériau (le plus léger possible) permettant ainsi d’améliorer la tolérance dento-alvéolaire sur le long terme.

Retour aux communiqués de presse