Bagues ou pas bagues ?

Publié le mar, 10/21/2008 - 10:01

par le Dr Claude Bourdillat-Mikol

L’examen MT’dents : pour détecter les premières anomalies

Un nouveau dispositif intitulé MT’ dents a été mis en place en 2007, pour le grand public. Ce dispositif répond à un double objectif : favoriser un contact précoce avec le chirurgien-dentiste et instaurer des rendez-vous réguliers aux âges les plus exposés au risque carieux : 6, 9, 12,15 et 18 ans.

De nos jours, tous les enfants ont droit à un dépistage gratuit avant l’âge de 6, 9, 12, 15 et 18 ans (une lettre est envoyée aux parents).

Si cet examen est indispensable pour prévenir les problèmes de santé bucco-dentaire, il est également très utile à la détection d’anomalies orthodontiques. Les enfants pourront ainsi démarrer un traitement orthodontique au meilleur moment :

  • Vers 6 ans on voit comment sortent les premières molaires et comment se placent les dents de lait
  • Vers 9 ans on vérifie le bon placement des incisives
  • Vers 12 ans on peut apprécier la position des canines et pré-molaires
  • Vers 15 ans on peut voir si l’ensemble de la denture est bien en coïncidence
  • Vers 17 ans, (la prise en charge par la sécurité sociale n’est pas assurée), les dents de sagesse peuvent manquer de place pour évoluer. Si, lors de ces examens, une anomalie est détectée, le chirurgien dentiste adressera son patient à l’orthodontiste.

Pour chaque patient, un diagnostic et un traitement adaptés

Les traitements sont adaptés au patient et ne sont pas standards : l’orthodontie tient compte aujourd’hui de la physiologie et cherche à détecter ce qui peut nuire à une croissance harmonieuse : mastication unilatérale, respiration buccale, langue mal placée, etc. Dans un certain nombre de cas, le fait de traiter tôt peut améliorer grandement, voire restaurer une croissance harmonieuse des dents.

  • Il n’est donc pas toujours nécessaire de mettre des bagues (en particulier lors de la 1ère étape) : un appareil amovible est parfois suffisant pour corriger certaines anomalies. Toutefois il faut souligner qu’au moment de l’arrivée des canines et des prémolaires, une finition de l’occlusion est nécessaire (70% des cas) avec des bagues, qui seules peuvent déplacer la dent parallèlement à elle-même avec sa racine.

Quand la toute première étape du traitement a eu lieu suffisamment tôt, la seconde étape est relativement courte. Entre les deux étapes, s’impose une période d’interruption pour laisser pousser les canines et prémolaires qui sortent vers 11-13 ans.

  • Il est indispensable de ne pas arrêter le traitement quand les dents de devant sont alignées : en effet c’est au moment de l’apparition des canines et prémolaires que se stabilise l’occlusion.

Les bagues sont et restent la seule façon de déplacer les dents avec leur racine et de mettre en bonne place l’occlusion.

Il faut donc impérativement retourner voir son orthodontiste, qui décidera de la suite à donner. Dans tous les cas, une phase de « contention » servira à consolider les résultats. Il ne s’agit pas de bagues, mais d’un traitement invisible tel que des fils collés à l’intérieur des dents ou d’un positionneur de finition.

Dans certains cas très précis il arrive que l’on puisse se passer de bagues et dans ce cas uniquement, la finition se fait par un autre type de « positionneur ». Il s’agit d’une gouttière qui prend les deux mâchoires et qui se porte le soir et la nuit. Ce positionneur est fabriqué après un montage spécial dans un matériau transparent très souple issu de haute technologie.

Enfin, à la fin de la croissance, il est nécessaire de faire une visite de contrôle, afin de vérifier l’évolution des dents de sagesse. De nos jours, leur extraction n’est plus systématique ; tout dépend de la fin de croissance.