Les Formations

  • Date :
    Lieu : Bureau de la SFODF, Paris 1er

    SEPTB
    valero
     

    Objectifs

    • Comprendre le concept du Guide de croissance (G2C)
    • Pouvoir sélectionner des cas adaptés
    • Approche de l’utilisation clinique du G2C
    • Envisager sa communication avec les patients


    Résumé

    Le guide de croissance (G2C) est un outil de traitement des classes II squelettiques qui utilise la propulsion volontaire du patient pour corriger sa dysmorphose.
    Ce concept de traitement entraine un résultat myofonctionnel et orthopédique en reproduisant et amplifiant la stimulation de croissance lors de la mastication unilatérale alternée, afin de soigner le fonctionnement initial en rétrusion des patients.
    Cette approche innovante viser l’obtention de résultats qualitatifs et stables, la limitation des récidives y compris pour des patients très rétrusifs en prenant en compte le fonctionnement des muscles et des fascias et d’obtenir des résultats qualitatifs et stables.
    Son utilisation clinique permet une approche volontaire qui implique praticien et patient avec une communication adaptée afin d’obtenir un résultat optimal à l’aide de moyens numériques et visuels.Sa conception permet un traitement sagittal différencié dans le cadre des patients porteurs de classes II asymétriques avec un contrôle également du plan d’occlusion.
    L’utilisation combinée d’auxiliaires (multi attache, tractions élastiques associées) permet une optimisation du résultat.

    Planning
    Le matin : 09h00 – 12h30

    • Présentation du concept de propulsion volontaire
    • Présentation du G2C


    L’après-midi 13h30 – 17h30

    • Protocoles d’utilisation et cas cliniques
    • Motivation au traitement et outils numériques

    Pour plus d'informations, rendez-vous sur le site de formation de la SFODF

     

  • Date :
    Lieu : Bureau de la SFODF, Paris 1er

    formodf

    conf

    Objectifs

    • Partage des connaissances au service du patient
    • Reconnaître les signes cliniques
    • L'orthèse en pratique quotidienne et effets indésirables.


    Résumé
    REPORT AU VENDREDI 10 DECEMBRE 2021

    L’orthèse d’avancée mandibulaire permet une prise en charge du syndrome d’apnées du sommeil en collaboration avec les spécialistes du sommeil, pneumologues et ORL. Aujourd’hui le chirurgien-dentiste est devenu un acteur incontournable dans le dépistage du syndrome d’apnées obstructives du sommeil (SAOS) et la prise en charge du ronflement. Le nombre de patients qui consultent régulièrement leur chirurgien-dentiste place notre profession en première ligne pour dépister et orienter adultes et enfants qui peuvent pré- senter des troubles obstructifs du sommeil.
    L’orthèse d’avancée mandibulaire (OAM), dispositif utilisé initialement en orthodontie, permet d’assurer la prise en charge de patients sélectionnés en collaboration avec les spécialistes du sommeil, pneumologues et médecins ORL.
    C’est un système efficace et bien toléré, qui corrige le collapsus pharyngé nocturne en maintenant la mandibule en propulsion pendant le sommeil.

    Planning
    1ère partie : Matin

    • Reconnaître les signes cliniques du SAOS
    • Interpréter les données des rapports d’enregistrement du sommeil
    • Aspects administratifs et points de vue du médecin du sommeil
    • Titration


    2ème partie : Après-midi

    • L’orthèse en pratique quotidienne
    • DEP, correspondance, bilan, indications et contre-indications
    • Les aspects administratifs et juridiques
    • Les orthèses actuellement disponibles prises en charge par la CPAM
    • Présentation des orthèses par les laboratoires
    • Effets indésirables des OAM

    Pour plus d'informations, rendez-vous sur le site de formation de la SFODF

     

  • Date :
    Lieu : Le Westin, Paris

    multidisc
    stream

    Il nous semble judicieux pour compléter la journée de formation de décembre 2019 consacrée à « L’Enfant, l’Adolescent et le Sommeil », d’organiser une nouvelle journée multidisciplinaire sur le thème " Adultes, sommeil et qualité de vie " . La prise en charge des troubles du sommeil et en particulier du Syndrome d’Apnées Obstructives du Sommeil chez l’adulte est un véritable enjeu de santé publique.
    En effet, le SAOS, en France, est un syndrome fréquent et pourtant sous-diagnostiqué. Cette pathologie est encore peu connue et il est probable que plus de 50% des apnéiques ne soient pas encore diagnostiqués.
    Chaque année, plusieurs dizaines de milliers de nouveaux cas sont dépistés et diagnostiqués, mais on considère que seulement 20 à 30 % des malades sont actuellement pris en charge en France.Cette maladie évolutive avec des facteurs de risque associés (diabète, obésité, hypertension artérielle) peut avoir des complications graves, qui, interfèrent sévèrement sur la qualité de vie des patients. Arrêts respiratoires et micro-éveils entraînant une fragmentation et une destruction du sommeil. Cliniquement, les patients présentent une somnolence diurne et une fatigue chronique associées à des troubles cognitifs, voire des troubles de l’humeur et du comportement avec parfois l’apparition d’agressivité ou d’un syndrome dépressif. Pour certaines catégories de profession le risque d’accidents du travail ou d’accident sur la voir publique est augmenté.Le traitement des apnées légères à modérées ou en cas d’intolérance à la PPC, une orthèse d’avancée mandibulaire (OAM- Formation spécifique la veille sur inscription) amovible peut favoriser le passage de l’air, et une chirurgie adaptée peut modifier les rapports maxillo-mandibulaires. D’autres pistes sont en cours d’exploration, comme la stimulation électrique nocturne de l’hypoglosse.
    Le SAOS doit être considéré comme une maladie chronique, justifiant une prise en charge par des thérapeutiques combinées pour s’orienter vers une approche personnalisée du traitement du SAOS de l’adulte. Ainsi, au cours de cette journée, nous mettrons en évidence les différentes typologies de patients et nous envisagerons les différentes prises en charge thérapeutiques. En effet, c’est l’implication des médecins spécialistes du sommeil (pneumologues, ORL, chirurgiens maxillo-faciaux, cardiologues, endocrinologues, neurologues, psychiatres, médecins généralistes, pédiatres) des odontologistes (chirurgiens-dentistes et orthodontistes), des diététiciennes, nutritionnistes, kinésithérapeutes qui permet de mettre en place une véritable chaine multidisciplinaire où chaque acteur a son rôle à jouer pour permettre une prise en charge globale des patients dans le cadre de la Médecine Dentaire du Sommeil.
    Rappelons encore une fois que « l’union fait la force » et c’est dans ce cadre que la plus ancienne des Sociétés Orthodontiques et la plus jeune Société de Médecine du Sommeil ont souhaité renouveler cette expérience.
    « Rappelons-nous que seul nous ne sommes rien »


    Pour plus d'informations, rendez-vous sur le site de la formation