Skip to Content

Les tutos de la FFO

Retrouvez Etienne et ses conseils dans les tutos vidéos de la FFO !

Lire la suite

Les Français et l’orthodontie : 20 ans de progrès

À l’occasion des 20èmes Journées de l’Orthodontie qui auront lieu du 10 au 13 novembre 2017, la Fédération Française d’Orthodontie s’est interrogée sur le vécu des Français ayant suivi un traitement orthodontique [...]

Lire la suite

Infographie

En 2017, le grand public est familiarisé avec les résultats probants que peuvent avoir les traitements d’orthodontie sur l’alignement dentaire et sur l’esthétique du sourire [...]

Lire la suite

Les 11 sociétes membres de la FFO

Lire la suite

La succion non nutritive du nourrisson

25/11/2014 - Prévention

I. La succion non nutritive du nourrisson

1. Un besoin naturel de l’enfant

 
Pour de nombreux parents, la succion, qu’il s’agisse du pouce ou de la tétine est un sujet d’inquiétude
« Est-ce normal ? Est-ce néfaste ? Dois-je l’autoriser ? » 
Autant de questions fréquemment posées aux pédiatres notamment. 
 
La succion est un besoin naturel du nourrisson. C’est en absorbant le liquide amniotique dès la 12e semaine in utero, et parfois en suçant son pouce, que le fœtus développe les mouvements de succion qui sont indispensables à sa croissance et à sa survie après la naissance. Tous ne sont pas égaux face à ce besoin.
 
D’une façon générale, on estime que 84%  des nourrissons tètent une tétine ou leur pouce de temps en temps et 15% le font encore après l’âge de 6 mois. 


2. Alors… Le pour ? Le contre ? 

Les succions présentent des avantages… 
 
L’intérêt de toutes les succions, qu’elles soient nutritives ou non, est d’apporter du plaisir, d’apaiser, et de calmer l’enfant. La succion a une fonction déstressante pour l’enfant, favorisant entre autres l’endormissement.
 
Des études  ont mis en évidence l’utilité de la tétine contre la mort subite du nourrisson. De part sa forme, elle modifierait la façon dont l’air circule entre la bouche et le nez, libérant ainsi les voies aériennes supérieures surtout en cas de couchage à risque, sur le ventre notamment. 
 
Chez les enfants prématurés, la tétine permet de ne pas perdre le rythme de la succion lorsque l’enfant est alimenté par sonde ou par une perfusion et ainsi de pouvoir passer plus facilement à l’allaitement maternel. Par ailleurs, il semblerait que la tétine nettoyée par la salive des parents prévienne de manière significative le développement des allergies chez les enfants, comme le montre l’étude sur 184 enfants d’une équipe de scientifiques de Göteborg en Suède. Les chercheurs expliquent ce phénomène par le transfert de bactéries, très présentes dans la salive des parents vers les enfants, ce qui stimule de façon importante la flore microbienne. Le développement de cette flore microbienne buccale dès la petite enfance renforcerait un système immunitaire plus résistant aux allergies . 
 
… mais aussi des inconvénients
 
En introduisant trop tôt la tétine on peut interférer avec la mise en place de l’allaitement et provoquer des tétées d’allaitement plus faibles. La tétine étant plus souple que le sein maternel, l’enfant aurait une succion moins efficace. 
 
En 2000, des chercheurs finlandais ont constaté que l’absence de tétine pendant 6 mois permettait de réduire d’un tiers le nombre d’otites sans pour autant trouver d’explication concrète à ce constat. Les dommages provoqués par la tétine sur le développement du système ORL de l’enfant ont aussi été étudiés en 2008 aux Pays-Bas, sur un groupe de 476 enfants de 1 à 2 ans suivis pendant une période de 2,9 ans : 216 enfants utilisaient une tétine et 260 n’en utilisaient pas. Les résultats montrent que le risque d'otites moyennes récurrentes était 90 % plus élevé chez les utilisateurs de sucettes .  Pour les auteurs de cette étude, l’augmentation du reflux de sécrétions naso-pharyngales dans l'oreille moyenne faciliterait l'entrée de pathogènes, et les changements de la structure dentaire provoqués par la tétine entraîneraient des dysfonctionnements du tube d'Eustache. 
 
Enfin, le manque d’hygiène est un inconvénient majeur de la succion de la tétine : en « trainant » un peu partout les tétines deviennent de véritables nids à microbes…


II. Le véritable enjeu : Quand arrêter?

1. Stop aux idées reçues !

La tétine n’est ni physiologique ni orthodontique. 
Si l’enfant met instinctivement ses doigts dans sa bouche, mais la tétine est une invention humaine. C’est un objet extra corporel que le nouveau-né reçoit du personnel médical, de la famille… 
L’usage de la tétine est devenu un véritable phénomène de société : 3/4 des enfants d’Europe de l’Ouest en possèdent au moins une. Les fabricants rivalisent d’ingéniosité pour proposer aux parents d’acheter une sucette « individualisée » en fonction de l’âge de l’enfant. Certains n’hésitent pas à qualifier leur tétine de physiologique voire d’orthodontique et les proposent en pharmacie « Des appellations totalement commerciales - réagit Claude Bourdillat Mikol, orthodontiste - Les tétines ne sont pas physiologiques et encore moins orthodontiques ». Une étude  de l’American Academy of Pediatric Dentistry démontrait déjà en 1992 qu’il n’y avait pas de différences notables sur les déformations dentaires chez les enfants qui utilisaient une tétine normale et une tétine dite physiologique ou orthodontique. 
 
Le pouce c’est « moins grave » que la tétine. 
Entre le pouce et la tétine, le véritable enjeu n’est pas de savoir lequel a le moins de conséquences sur le développement de l’enfant mais à quel âge il va s’en passer. En effet, l’un et l’autre ont des effets sur la denture, la bouche et le sommeil de l’enfant. Plus la succion est tardive, plus les conséquences seront importantes. Il ne faut pas s’alarmer si l’enfant tète, mais faire en sorte qu’il soit sevré avant l’âge de 3 ans.


2. Les dommages réels

D’un point de vue orthodontique, la succion prolongée a de multiples conséquences. Sur la formation du palais tout d’abord. 
La langue étant en permanence maintenue en bas, elle ne vient plus s’appuyer sur le palais de l’enfant et donc stimuler sa croissance. Les enfants qui continuent de sucer leur pouce ou une tétine à un âge plus avancé présentent un risque plus élevé d’avoir un palais étroit.
 
Le palais étroit d'une patiente âgée de 12 ans
Une seconde conséquence qui découle de l’étroitesse du palais mais aussi du mauvais positionnement de la langue est la béance antérieure. De plus, pouce et tétine «tirent » en avant les dents du maxillaire supérieur. 
Les déformations typiques chez une patiente âgée de 4 ans qui suce son pouce avec intensité
La succion empêche également de fermer correctement la bouche et donc de muscler les lèvres. 
 
« Pour donner une image, la mâchoire se construit autour de l’obstacle ce qui créé des déformations et en l’occurrence l’obstacle c’est la tétine ou le pouce » précise le Docteur Claude Bourdillat Mikol.
 
Il ne faut pas oublier que le palais est le plancher des fosses nasales. 
Un palais qui s’est mal développé peut entraîner des problèmes respiratoires en raison de fosses nasales trop étroites. Cette mauvaise ventilation engendre des rhinopharyngites, des rhinites, de l’asthme, des otites, ainsi que des troubles du sommeil et même parfois des retards de croissance et des apnées du sommeil .
 

III. Comment arrêter : la responsabilité de l’adulte

1. Le rôle de l’entourage adulte

Pour beaucoup d’enfants, sucer son pouce ou une tétine est une forme d’addiction et certains parents peuvent se sentir désemparés face à ce comportement. 
Pour aider les enfants, il faut éviter d’être dans le reproche. Adopter un discours valorisant est la bonne méthode. 
On estime qu’il faut essayer de sevrer son enfant de la tétine dès l’âge de 6 mois   car c’est à cet âge que la communication orale commence. Or, avoir en permanence une tétine dans la bouche nuit au langage.
On peut essayer de lui substituer progressivement un doudou, d’augmenter les périodes sans et de limiter sa présence au moment de l’endormissement. 
 
Pleurer est naturel chez un enfant, c’est un moyen de communication. Il faut commencer par rechercher la cause des pleurs avant de lui mettre la tétine dans la bouche. Un enfant se construit également à travers la frustration. Répondre à ses attentes en lui mettant une tétine dans la bouche n’est pas la solution. 
 
« D’ailleurs la plupart du temps, les enseignants ne veulent pas qu’ils sucent leur pouce à l’école. Il y a des heures entières pendant lesquelles ils ne sucent pas leur pouce, c’est bien la preuve qu’ils sont capables de le faire » souligne le Docteur Frédérique Aloé-Tavernier.
 
Choisir le bon moment a aussi son importance. Certains événements comme un déménagement, une séparation, la rentrée scolaire peuvent entraver la motivation de l’enfant. Mieux vaut attendre les vacances pour l’encourager à arrêter… quand tout va bien. 


2. Le rôle des professionnels de santé 

En cas de doute ou de difficulté, si on pense avoir épuisé toutes les méthodes pour aider son enfant à abandonner la tétine ou le pouce, il ne faut pas hésiter à consulter un médecin ou un orthodontiste. 
Parfois la parole d’un intervenant extérieur est une aide certaine. 
« En tant que pédiatre, nous n’avons pas à prescrire ou interdire la tétine. Notre rôle consiste à vérifier, rassurer et accompagner les parents dont les enfants ressentent le besoin de téter ou au contraire ceux qui ont un usage excessif de la tétine » souligne le Dr Valleteau de Moulliac, pédiatre. 
Le rôle de l’orthodontiste est d’expliquer aux parents, qui n’en ont pas forcément conscience, ainsi qu’à l’enfant, quelles sont les conséquences concrètes liées à la succion non nutritive. 
 
« En général, après une visite chez l’orthodontiste, une première moitié d’enfants arrête immédiatement la tétine ou le pouce, et une autre moitié a besoin d’une étape. Généralement, en deux semaines c’est gagné et on considère qu’au bout de 3 mois c’est définitivement abandonné. Il reste cependant 1 à 2% pour qui c’est plus difficile ce qui rend d’autres visites nécessaires» conclut le Docteur Frédérique 
Aloé-Tavernier.

Retour aux communiqués de presse